4FC760CF-A694-4C56-8E05-614DA25950CD

VOYAGE  -88 +88 VAIPOOPOO 

J’étais très occupé à analyser F et sa conscience que j’ai « généré » à mon retour de Nouvelle Zélande en février sur la data-line, la ligne du changement de date.  F est parti errer dans un autre support physique pour des soins d’importance ... Je ne ressens plus la présence de F en moi (je suis l’intérim En°BIS). Je ne dirais pas que je suis devenu oisif, mais j’aimerais tenter personnellement un « VOYAGE » comme les avait initiés A mon moi d’origine. 

LE GUIDE

Pour rendre l’expérience plus intéressante, pour moi clone En°BIS, je souhaitais me projeter dans une « mission » confiée par mon guide Lomoqy. L’idée lui plu, il me proposa d’aller dans le passé avec les années 30 (1930 = – 88 ans) mais aussi en 2106 (2018 + 88 ans). Mon guide ne me dit jamais rien de la mission confiée, parfois je ne suis averti que du nombre de « points », qui m’ont été accordés, ce en fonction des résultats qui en découleront. Ils vont de 30 points (je les ai négociés) à mon record jackpot de 400 points ! 

                  88 c’est le double symbole de l’infini mis debout … et alors ? … alors rien. 

Qu’il y a t’il de commun entre ces deux époques ? vais je être catapulté dans un endroit étranger ou incongru ? La majorité des autres missions se sont passées en Nelle Zélande (ancien Aotearoa), et j’avais moi même (En°BIS) été généré dans le but d’y préparer, avec succès, mon dernier voyage kiwi. Puisse cette fois ci être transféré ailleurs qu’en pays maori, et pas dans le froid dont j’ai horreur, quel enfer ce froid ! 

Zou comme d’hab : je fais un clone que je pousse vers la porte 3D de l’entrée et le récupère 3 secondes après de notre temps et l’élimine. Toc. Je sais qu’il est revenu et ne traine donc pas bloqué dans une autre époque et ou autre lieu. Certains clones envoyés ont généré un clone d’eux même et me l’ont retourné ni vu ni connu pour pouvoir démarrer LEUR vie propre. Ce sont des clônes d’âmes, vous l’aurez compris.  

Maintenant je peux me consacrer à la lecture de ce que j’y ai fait. 

    Oui c’est une lecture du futur, mais pas vraiment car en revenant le clone d’expédié a amené avec lui sa mémoire dans notre présent, son passé, elle est donc enregistrée comme futur de juste après notre présent. Ouais ça se tient, relisez lentement. 

 

Purgatoire et revenant 

  • Cette façon de lire le futur ne peut être réitérée qu’à condition de pouvoir lire dans les mémoires de « quelqu’un » venant du futur. Logique. Mais où trouver quelqu’un vous connaissant venant du futur ? cherchez un peu ... 

       voici une possibilité : 

  • Le culte catholique illustre les théories de la réincarnation officiellement répudiées en citant le « Purgatoire » comme étape avant le « Paradis » et le « Jugement dernier ». Cette phase de repentance est pour les âmes l’occasion de se racheter d’erreurs accomplies dans la vie passée. Ainsi votre âme d’après votre décès reviendrait visiter sa vie passée pour corriger une erreur, un acte répréhensible ... 
  • Quelle façon autre que dans un songe, ou en vous faisant peur, votre âme pourrait elle vous alerter, attirer votre attention, vous prévenir ainsi d’une action à faire ou à éviter de faire ?
  • >>  Ainsi « L’esprit revenant » « l’entité » « l’entité-mémoire » « te tupaupau » « le fantôme » vous hantant est probablement le VOUS du futur ! ! 
  • Respects, et évitez de la maltraiter cette entité voire de l’éliminer « en l’expédiant vers la lumière » ad-patres comme c’est la mode venue de la médiocre série B hollywoodienne Ghost-Whispered ... vous ne plantez pas des pieux en bois aux enterrements pour l’avoir vu faire dans un film de vampires ... ayez un peu de bon sens ... « revenez sur terre ». 

 

1 9 3 0   V A I P O O P O O 

J’entre dans la porte et ressort par la porte bis, en miroir tout est inversé. Ah sympa, je reste à Tahiti ! 

Personne dans la maison bis, je l’amène donc en années 30, ici à Tahiti Vaipoopoo. 

   Zouing boum plaf , fini. 

On est dans la végétation de grands arbres, c’est sympa. Il y a plein d’oiseaux phaetons pigeeons verts coqs chantant de partout dans la vallée pour marquer leur présence et appétit aux poules voisines ! 

Il a plu il y a peu et un nuage d’évaporation se forme dessus les arbres du bas du vallon. 

Moi qui suis immatériel et qui ne perçoit que les flux énergétiques ça me fait un brouillard lumineux du plus bel effet . 

Le gros lavatube diamètre 4m qui sort du talus de la montagne taillée en années 2000 est reconnaissable sous la végétation car il forme comme une mini grotte. Un mini ruisseau en coule ...

Cette grotte est grosso modo au niveau de la future maison de notre voisin en nord. 

   Un lavatube est une coulée de lave qui se refroidit tout autour pendant que la lave continue à couler au centre. Ça forme un tuyau évidé de lave, de pierre. Avec le temps la roche friable rongée par l’eau d’infiltration s’affaisse entrainant les pierres qui formaient la voute du plafond. Là ce n’est pas le cas, le tuyau débouchant en extérieur y est quasi intact. Il y a du avoir une protection réalisée par une coulée d‘argile sur la coulée de lave ? Jules Vernes en aurait fait deux chapitres ! 

 

SURPRISE c’est VENDREDI ?

Incroyable : un gars habite cette grotte !!

     Je fus très surpris d’entendre dans la version française d’un téléfilm Robinson Crusoe, une réplique éhontée perverse lourdement répétée : … “Moi Robinson, maître, toi Vendredi”... oh ! 

Il y a un plancher fait de bambous ligaturés comme un radeau posés sur des pierres l’isolant du sol humide. 

C’est minuscule, les murs sont bien frais et donc condensent à qui mieux mieux avec les 25 à 30° degrés le jour, jumelés à l’humidité ambiante minie de 80% (0,8 litre d’eau / m3 d’air) quand il ne pleut pas (!). L’eau de condensation perle sur les roches, pauvre gars il doit avoir plein de mycoses. 

Il est seul, une sorte d’ermite. Pourquoi est il là tout seul dans cet entre-vallons ? mystère. 

Je ne me manifeste pas, je ne suis que clône de clône de psychisme ... 

Je m’immisce dans son psychisme, me représente être au fond à l’arrière du crane entre cortex et boîte crânienne.  J’y ressens tout, pensées, touchers, mémoires, ... 

 

TEVA

TEVA c’est son nom, est en fuite, fuite volontaire d’une société moderne (1930) avec laquelle il est en révolte, refus de s’y soumettre ... il est Polynésien, fier de l’être, natif de Faa’a, un petit district en ouest de contre la ville de Papeete. 

     Le rebelle eut quelques soucis avec les pandores pour des histoires d’opium « emprunté » à quelque chinois déporté à Papeete.

Opium distribué à ces « étrangers » par l’Etat français. Cela fait partie de l’histoire du pays. Les chinois avaient un n° de carte de séjour, et ne furent “francisés” qu’à partir de ... 1967 (liberté égalité fraternité qu’ils disaient). 

... Historique aussi est la venue du cannabis à Tahiti par les surfeurs au retour de leur 1ère tournée mondiale en 1968, dixit un ami y ayant participé ... ia orana Albert ! 

 

      De cet endroit caché il rayonne donc près de la ville par la vallée de Tipaerui et sur Paea en ouest en passant par les hauteurs désertes. Il connait très bien chaque chemin grand arbre et caches diverses. 

       Il y a peut être encore de l’OPIUM  à tester  en ville ? on est en 1930 en administration françouaise, qui sait s’il y en a ... Alors là , alors là, ça circC E N S U R É  C E N S U R É  C E N S U R É  C E N S U R É  C E N S U R Éalité top ! 

 

PARADISE

Teva ayant tellement bien médité dans ce vallon de la Vaipoopoo, aidé par son stock d’opium qu’il a lu les même souvenirs, mémoires, du quartier, que moi ... non je n’ai jamais touché à de l’opium, bien que mon grand père ROYAL (oncle de Ségolène) ait vécu 10 ans à Hanoï, et que dans ses malles  …

  • Le drame de la razzia des Paea ayant tué ces 12 personnes cachées dans un tronçon d’un autre lavatube d’en face, découverts par les pleurs d’un bébé ..., pour emmener de force les 4 femmes mères et grandes filles avec eux. 
  • Le to’o, ce petit tiki en bois enrobé de tapa transmis de génération en génération dans le clan. 
  • l’histoire des marae jumeaux en sud dans le fond de Vaipoopoo. 

J’ai surement capté ces souvenirs de son psychisme quand ils m’ont été révélés il y a une douzaine d’années, va savoir ? 

 

Dans la Vaipoopoo et comme dans son passé maho’i, il a quelques mini barrages avec des tilapias et ... chevrettes maousses Jo

Fruits : uru mangues, et des papayes poussant presque sauvages dans des mini clairières disséminées de ci de là ... il peut y vivre autonome. 

Personne ne connait sa cachette, il serait trop risqué d’en divulger son lieu même à des amis ... les gens racontent tout avec un verre ou de la fumée dans le nez. 

 Tahiti en 1930 (et encore maintenant) est un petit bourg où tout le monde se connait, impossible d’y être incognito et dès qu’une incartade est faite tout le monde est au courant, RADIO COCOTIER, la rumeur, est ici en haute-fréquence !

 Il ressent bien qu’il y a quelque chose d’important en énergies dans ce vallon, un ensemble de colonnes d’énergie Vortex : Tour Hocine. 

Il sait que sa cache bénéficie de  « l’écran d’effroi » périphérique à cette « Tour Hocine »,

sentiment de puanteur, de bruits effrayants, de visions d’effroi : dame blanche, et enfin de choc sur la poitrine, dès qu’ont franchi cet écran ... (j’en crée pour des clients en géobiologie) . 

 Une connaissance chamane « tahu’a » (pourchassés bannis par l’église aidé des militaires par les ordres reçus d’éliminer la culture de la civilisation maho’i pour imposer le modèle occidental) lui avait appris à attraper l‘énergie pour lui permettre de réaliser des « exploits » mais cela lui fait un peu peur ... les missionnaires parlent de sorcellerie, du diable, mais il sait que c’est faux, que ses aïeux connaissaient tout ça très bien et ce n’étaient pas des diables ... 

Je le suis vers la ville, en passant par les hauteurs de Faa’a, on raccourci considérablement le trajet ... 

  • La ville est sympa, toute de planches et tôles ondulées,.
  • Je reconnais quelques immeubles sur les quais, et même ... bon sang mais c’est bien sur : le nain de jardin barbu rondouillard avec ses lunettes à la Lennon, son chevalet sous le bras : Monsieur MATISSE !! ça alors... il sort de l’Hotel Stuart traverse les quais et monte sur un antique bonitier flambant neuf (de pêche à la bonite), j’apprend qu’il va vers Hitiaa pour y étudier, "croquer" une cascade, il va surement en étudier la chromatique ... il est sur qu’en bateau ça va plus vite que la par la petite route de ceinture tortueuse sur la cote est. 
  • Mais oui, le comptoir d’opium d’état est bien dans les petits bâtiments en maçonnerie et tuiles bordelaises du futur Sce de l’Equipement dans l’Avenue Bruat, des boulets garnissent les têtes de poteaux du portail.  
  • C’est effectivement enfantin de prendre ces doses d’opium aux chinois en en sortant la poche pleine ... ils ne sont pas bien épais ces créateurs de dynasties, ... sacré Teva !
  • Une camera sur les quais : Murnau tourne des scénettes de TABOU, les quais sont le coeur de la ville, les goélettes y déversent et chargent de tout dans une odeur de coprah (coco) mêlé à celle du poisson, de bière, de sueur des dockers. 
  • Des vahine-tatai tapinent devant le temple Paofai, pas vraiment discrètement ...
  • Papeete est un port commercial et militaire et les hommes s’y défoulent. 
  • Une feuille de chou dactylographiée parle du premier anniversaire des tortues des Galapagos amenées par Mr Harrisson Smith ... pauvre « elle »  qui vient de décéder en 2018, bouffée par des chiens, elles sont parquées dans un enclos avec des canards, pataugeant dans de la gadoue puante ... triste fin. Leurs consoeurs du Zoo de Auckland sont pleines de vitalité et très bien soignées, elles. 

 

NANA TEVA ! 

je retourne hors son psychisme, retourne à la maison-bis, je me lis retourner en moment contemporain juste après mon départ en mission. 

Au fait quel est donc LE BUT de cette mission ? mystère. 

ALLO LOMOQY ? bzouing ... oui Lomoqy j’écoute … ah c’est toi à Tahiti, (rires), ça y est c’est fait, opium Matisse tortues, c’est bon ! formidable !  … J’avais fait un pari avec un autre guide, on fait moit/moit kif/kif : t’as 100 points ! 

M’enfin ... 

Un simple ordre mental à la porte de fare-bis, et youpi tout s’agite autour de la maison bis, et zou vers 2106 dans 88 ans du futur, un saut dans l’inconnu de 176 années exactement ! 

 

2 1 0 6   V A I P O O P O O 

ah pour un changement c’est un changement !

Des passerelles et des cables traversent le vallon dessus la végétation d’arbres et palmiers. Des volumes semblant préfabriqués y sont suspendus. 

Je m’y dirige, flop flop je vole n’étant qu’énergie cela m’est aisé. 

Chut, des gens y sont en méditation, bouh cela bouge doucement et me donne le vertige ... avec mal de mer ... 

 

La maison d’origine a beaucoup changé , du béton ! il y a du béton ! une trame cubique 3D de poteaux et poutres de 4 m de coté ... environ est bâtie à la place.

Pareil que pour les cables, des boîtes remplissent les alvéoles, que quelques boîtes ... Des habillages végétaux et plein de plantes tapissantes leur donnent une ambiance fraîche. 

Des potagers suspendus avec aquaponie simplifiée. Je remarque des installations d’arrosage allant d’arbres en arbres, pluie artificielle ?

Je ne vois que de très rares constructions sur grands pilotis en plaine littorale, sans doute du au changement climatique et des raz de marée produits par les dépressions annoncées.

On parlait de Tour hocine et de vortex serrés, ils sont toujours là et avec mon “invention” d’écrans-fourreaux contenant l’aspiration d’énergie de leur gangue extérieure ! 

 

ILES FLOTTANTES 

Au large une grosse construction arborée flottante, je vois des cocotiers, cela fait un siècle bientôt que cette idée a commencé : des ports francs flottants en eaux territoriales ... j’irai voir comment cela a évolué ... 

Pas de bruit de voiture, quel bonheur, pas de tondeuse à gazon ni souffleur pétaradant, ni chien gémissant ... et ni coq cocoricoyant jour et nuit ... plus de vini (petits oiseaux) non plus, sniff. 

J’aperçois des voitures à chevaux ou avec des animaux attelés (machines ?) y ressemblant. 

Allez je repasse par la porte-bis et vais me promener dans des structures d’habitat ... 

C’est pas la joie. Intérieurs dépouillés avec des murs écrans de projection donnant l’illusion de paysages grandioses de voyages ... mais quelle pauvreté en esthétique, pas d’oeuvre d’art, pas de mobilier sympa, des lits paillasses à la dure faits de quelques planches et tissus roulés. Je suis peut être chez des pauvres, va savoir ... Les gens ne sont pas habillés si ce n’est que d’un paréo souvent posé à proximité, oublié ? 

En tout cas il fait bon dans leurs apparts végétalisés. 

Ah oui, là dans un volume bâti sur la colline en amont, c’est une débauche de luxe et des collections de bricoles sous vitrines mobiles. 

C’est LE penthouse avec piscine, et cascade formant vitrage ... impressionnant. Tiens des meubles sans pied, suspendus en lévitation, en l’air, quelle chance moi qui me suis cassé plein d’orteils dans les pattes de meubles ! 

 LA DEUDEUCHE en 2106 : Incroyable, ma deuche dans une vitrine !!! non c’est un hologramme, les voitures changent, ma deuche s’est transformée en Atalante (Bugatti) et la voilà qui devient 4x4, ... Monsieur n’est pas vraiment esthète.

Une carriole arrive, ce sont des faux chevaux, des trucs électriques ... au moins avec ça ils ont des accidents moins vite ... Ne voyant que les énergies, je remarque des cables noyés dans le pavage (oui) de la voie d’accès. Ça fonctionne par des bobines d’induction, sans batterie anti-écolo. 

Une heure pour arriver down-town. La carriole en a fait des détours et des détours. 

Comme déja vu dans d’autres voyages, les rares construction en plaine sont sur des échasses de près de 10 m de haut ! 

C’est magnifique cette végétation tropicale verdoyante dans les plaines, comme leurs ancêtres les gens habitent les hauteurs des vallées... 

 

DOWN TOWN 

Pour laisser passer l’eau des vagues des tempêtes, les rez de chaussée et 1er étage n’ont pas de cloison, et les allées piétonnes sont suspendues au niveau du 2ème étage. 

Dessous des commerces de toile, il y a peu de commerces en fait. 

Il y a des bateaux-magasins le long du quai. Pas de gondole mais un comptoir avec un catalogue hologramme ... et débrouillez vous ! Ils vont et viennent des deux « îles flottantes » en stationnaires entre Tahiti et Moorea. 

Il faudra que je les visite. 

Dans ces années la mode est très XIXème siècle, version tropicalisé moderne avec très peu de tissus et des tressages de pandanus remplacent dentelles et frou-frous ! 

Le chauffeur de la carriole est d’ailleurs en haut de forme plastique, gilet et short sans fesse (une sorte de short-string ...) il nous dit que ça amuse les îlien(ne)s (les gens des îles flottantes).

 

ECONOMIE D’ALORS

Avec la chute démographique d’il y a 30 ans, l’arrivée des îles flottantes et son commerce monopole (moitié des prix d’avant), il y a peu de constructions nouvelles en centre ville. 

Peu de gens y vivent, car les transports sont publics et gratuits vers les coteaux bâtis en 50 (2050). 

      L’Etat fatigué de financer des reconstrutions après chaque cyclone et tsunami lança ces chantiers pharaoniques de structures cubiques vides avec tous les réseaux utiles eau, eau usée, électricité, coaxial numérique, ... 

des « Beaubourg » casiers à bouteille déjà pensés par Le CORBUSIER et le génial Gabriel VOISIN. Pour un prix modeste votre terrain était rasé de votre maison, et la structure béton de poteaux et poutres pouvait faire 3 habitats sympas jusque 8 studios/terrasse. Les loyers allaient vite à vous remplir les poches ... 

      Avec ce climat, les atolls furent désertés, leurs habitants les Paumotu devinrent les réfugiés climatiques ... des Marquisiens ... cela provoqua presque une guerre civile fratricide. Et comme d’habitude une large manne de l’Etat calma vite les esprits €€€€. 

 

BOITES DES COTEAUX

   Les habitants remplissaient les vides au tout début avec des mobil-homes containers importés de grand luxe, puis s’aménagèrent eux même leurs cellules vides, en réservant des espaces pour leur potager et élevage de vers leur apportant des protéines. 

    - nota : Le scandale de la viande date de 30 ans : « soleil de plomb » (un clin d’oeil au film Soleil Vert) fut le nom des “aliments” injectées dans ces pauvres animaux génétiquement estropiés : poulets à 6 cuisses, veaux élevés en placenta synthétique s’engraissant plus vite, porcs aux gênes humains heureusement stérilisés et autonomes de gestion, etc ...  très gore. 

                La folie humaine a peu de limites. 

 

L’ILE FLOTTANTE VANILLA 6

- 1000m (1km) de diamètre, 

- Tore d’enceinte pare houle brise vagues

- auto-propulsée par des flux thermo-syphon dirigés en aspiration basse. 

- tournée annuelle dans le Pacifique Sud, 12 escales d’un mois. 

- transporte et vend TOUT MOINS CHER

- ambassade de fait

- achat d’eau douce potable

- marché au poisson à bateaux usines en port protégé. 

- auto-suffisance alimentaire

- auto-financé

- 1000 résidents (200 touristes limités à une seule escale)

- port shuttles et aéronefs. 

- blocs en béton-cellulaire flottants entièrement régénérés en 25 ans 

- date de lancement 2072

 

what else ? 

C’est très chouette, un peu comme dans la série Le Prisonnier :

https://youtu.be/GrH-z0-n1zM

version tropicale quand même, et sans les boules blanches ... brrr, il y a des caméras avec suivi des personnes de partout ! 

Il y a la Maison (des banquets) du Capitaine qui communique avec la BALLROOM donnant sur les piscines tropicales poissonneuses en sable blanc, et restaurants panoramiques semi sous marins. 

Des piscines-lagons sont en éclairage artificiel 24h/24 pour satisfaire au décalage horaire des touristes.

NEMO CORNER est très prisé la nuit. Ses projections holographiques géantes 4D sont visibles de Tahiti et Moorea, le son n’est que pour ses résidents ... 

 

EN VRAI 

Il y a quand même des couacs :

  • Les cadres de la direction, employés des commerces, et tâches sympa de jardinage sont effectuées par des résidents.  Les travaux pénibles en manutention, ménage de et entretien technique se font la nuit, par des gens amenés pour le voyage de toute l’année, sous-payés ils ne peuvent prendre l’avion pour aller voir leur famille.
  • Impossible de prendre des congés en fin de tour du Pacifique, l’île repart de suite et ne pas y retourner équivaut à perdre son emploi ... 
  • La tournée durant un an, toute commande de bien peut mettre plus d’un an à parvenir à destination, si le bien est embarqué à l’escale de départ, ou avant la destination ce sera un an, si le bien est embarqué après le point de destination, il sera majoré de frais d’entrepôt. Le bateau tourne dans le sens des aiguilles d’une montre. 

          exemple :    à Tahiti je commande une carriole personnelle aux USA (ils ont les meilleurs moteurs), elle sera embarquée dans 4 mois sur l’île flottante et mettra ensuite 3 mois pour arriver au point de départ puis 5 mois pour arriver à Tahiti. Me seront facturés les 3 mois d’entrepôt entre USA et point de départ (BANQUE-COQ, le surnom d’un port en Thailande). 

  • Etant un lieu international une île flottante est apatride, et pour simplifier la vie et son acceptation en eaux territoriales du pays visité, et pour ses résidents avoir un passeport, chaque île choisit démocratiquement un pays jumelé et en adopte les lois civiles ... Il y a eu des changements de pays jumelés pour des questions de redevances dues ... et de demandes d’extraditions pour des sombres affaires de trafic de biens volés dans des pays industriels, ... parait il ...  
  • Il parait évident que les habitants /touristes de ces îles flottantes consomment dans le pays visité auquel ils vendent tant de biens et vivres. Eh bien non, aucun achat de pêche si ce ne sont que des animaux spécifiques donc très protégés après la “crise pollution” des années 50 ayant causé la disparition des oiseaux (dont les volailles) et l’extinction de centaines d’espèces animales ... marines comprises. C’est pareil pour les transports inter insulaires car les îles flottantes ont leurs brigades d’hydravions et navettes maritimes ! En fait il n’y a guère que l’eau douce filtrée en sol d’îles hautes qu’achètent ces îles ... 

SI, par lois internationales, il y a quand même des sources de revenus qui profitent au pays visité : 

  • 50% de l’argent dépensé dans les salles de jeux de hasard dans les îles flottantes est retourné au pays hébergeur. 
  • L’île flottante doit acheter 20% de son stock d’eau douce dans le pays visité, 
  • elle doit utiliser des prestataires locaux de transport et d’hébergement pour toute visite ou séjour à terre de ses résidents. 
  • une taxe forfaitaire est instituée sur la vente de tous biens (20%). 
  • Tous les paiements sont faits en monnaie locale, du cash, le troc ou black (« no bill, no tax ») est interdit et sévèrement puni. 

- Leurs résidents ont obligation de repartir avec l’île, aucune exception n’est acceptée. 

- Le séjour d’une île flottante est limité à un mois continu par an à tout pays d’escale, port d’attache compris. 

- Le pays d’accueil a droit d’extradition de tout citoyen de sa nationalité (touriste ou employé) quelque soit la raison (juridique) incriminée. 

 

ALLO LOMOQY ? ... Lomoqy j’écoute ... 

Ils ne s’embêtent pas là haut, ça teufe un max, ça déconne grave, et ma mission ? je me suis bien baladé, narré des choses tues, noté plein de trucs sans pouvoir tenir un crayon ni enregistrer quoi que ce soit, et à mon âge on oublie vite les détails, ce qui est fâcheux pour un texte narratif ... alors Lomoqy cette mission ? 

    … Top, beau boulot, je n’aime pas cette époque, tu verras dans un siècle ça sera bien changé, plus sympa. merci En°BIS, prend dans les 100 points octroyés pour 1930, ... eh eh t’es content ? c’est pas mal 100 points ! 

... que dire de plus ...

à suivre

     Jean-Charles SELLIER

  radiesthésiste géobiologue 

     Tahiti          mars 2018 

 blogs informatifs : 

     http://tahitigeobio.canalblog.com 

     http://tahitivortex.canalblog.com

adresse mail, et demande de coupure de feu / sang / douleur (gratuit) :

      moo-rea@mail.pf